Version francaise   English version

Accueil
News
Moi
Pratiques
Donjon
Galerie
Membres
Confessions
Annonces
Domination a distance
Boutique
Contact
Soirées
Publications
Top Liste
Liens


- Confessions intimes de mes soumis -

Vous trouverez sur cette page quelques témoignages choisis de mes soumis ou ils pourront librement s'exprimer et confesser leur fantasmes et leur devotion envers leur Maitresse.

Je remercie d'ailleurs ces soumis d'avoir pris le temps d'avoir couché par ecrit ce qu'ils ont ressenti durant l'une de nos rencontres.

Si vous souhaitez vous aussi soumettre une confession a Maitresse Diane, cliquez ici. Ces confessions se font en tout anonymat.

Confession de cruella
Après deux premières séances de dressage par Maitresse Diane, la troisième rencontre me fit comprendre que les barreaux d'une cage ne protègent guère quand Maitresse Diane a décidé de vous asservir totalement .
Me voici donc, à peine vêtue,  contrainte sans ménagement, le genou de Maitresse brutalement planté dans ma chute de reins dessinée par ma robe noire de cruella,à m'agenouiller devant tant d'autorité . La laisse à mon cou et les coups de cravache sur mon posterieur me guident jusque dans la cage carrée installée à l'entrée du donjon.
Le cadenas est refermé et ordre m'est donné de me mettre sur le dos, jambes écartées et relevées entre les barreaux, avec mes jolies chaussures à talons à 69 euros (Maitresse avait insisté pour que je trouve ce prix me précisément).
Maitresse me ligote les jambes contre les barreaux et mes mains sont immobilisées dans les attaches en cuir accrochées sur les barreaux du plafond de la cage.
"Attends moi sans faire de bruit, et ne bouge pas " dit elle en riant comme si je disposais d'une quelconque liberté de mouvement ainsi bardée de liens comme une proie offerte.
Elle m'abandonne alors dans le donjon et me dit qu'une surprise est prévue.
J'imagine déjà un soumis lui réclamant l'occasion de magnifier le nombre 69 sous sa cravache. Est cela la surprise? Je ne peux pas dire que je n'en ai pas rêvé mais le dressage pervers est si rapide sous ses piétinements que la peur m'envahit, ma bouche sera t'elle capable de prendre possession d'un membre bien dur et long comme les jouets du donjon.
Apres de longues minutes d'angoisses, Maitresse réapparait enfin en tenue en cuir noir intégrale grande et majestueuse sur ses cuissardes à hauts talons, fascinée par sa beauté je n'aperçois pas immédiatement plusieurs godes qu'elle tient à la main ni la paire de ciseaux.

Écrasant mon sexe de son talon , elle m'agrippe  violemment les testicules de ses gants de cuir, quelle souffrance et désir mêlés pour moi bien que mon sexe piétiné ne soit déjà plus en état de réagir,
et les condamne à gonfler en les enserrant dans un lacet.
Le talon aiguille s'enfonce à la base de mon sexe et la cravache teste ma résistance à la douleur sur mes parties sans défense.
Mes cris de douleur déclenchent une réaction plus brutale, elle appuie plus fort avec son talon et m'enfonce jusqu'à la gorge le plus long gode à sa disposition, elle le fixe en quelques gestes expert â un barreau supérieur de la cage et en scotche la base sur ma bouche, son pied divin toujours appuyée sur mon sexe en souffrance.
Elle retire enfin son pied mais c'est pour mieux me frapper les testicules gonflées afin de tester l'efficacité de mon bâillon sur mes cris. Visiblement satisfaite que mes hurlements soient efficacement étouffés , elle attache sur mon sexe libéré un jouet vibrant de taille bien plus imposante que le mien : j'ai l'impression de sentir un homme se masturber sur moi sans pouvoir ni protester ni bouger.
À travers les barreaux latéraux je reçois de ses doigts gantés quelques caresses sur mes tétons érectiles, à peine le temps de me réjouir de cet instant de douceur que je comprends qu'il s'agissait juste de me préparer à l'installation de pompes féminisant douloureusement ma petite poitrine.
"Maintenant quelques photos pour mon site
Envoûtée par sa voix je ne me sentais plus capable de résister tandis que les photos s'enchaînaient elle rajoute :
"Je vais te préparer une petite surprise supplémentaire !
Aussitôt, je sentis ses ciseaux découper une ouverture dans l'entrejambes de mon collant qui protégeait encore mon annalité. Ses doigts gantés pénétrèrent rapidement et sans difficulté malgré mon tout récent depucelage datant du précédent rendez vous. rapidement les doigts furent remplacés par un jouet dont la forme m'empêcha de le rejeter par moi même une fois introduit.
Je vais te faire goûter à la fucking machine pour que tu sois totalement ouverte et vaincue . Dans ton état, tu ne résisteras pas tu vas adorer et comprendre que ton ridicule fantasme de dominer les hommes en cruella d'enfer n'est rien à côté de ta destinée de me servir"
cruella , seule dans le noir et dans la cage."
Prise par tous mes orifices , jambes et poignets ligotés, seins gonflés par les pompes, je suis totalement , comme j'en rêvais, à la merci de Maitresse Diane. La peur a cédé la place à la totale acceptation de mon sort qui me situe au plus bas de l'échelle de ses soumis.
Quand enfin Maitresse réapparaît , c'est sans un mot, elle s'affaire et je comprends qu'elle installe la fucking machine dont je ne connais que le nom et ignore le fonctionnement. Â sa mise en marche je ne devine pas encore, tandis que Maitresse ressort : "chose promise, chose due, Cruella ce n'est que la première étape de la nuit, j'espère que tu n'as pas oublié la suite",  qu'elle va automatiquement pénétrer de plus en plus en moi.
Vaincue et possédée de tous côtés, incapable de bouger , je ne pouvais qu'attendre espérant que son discours n'était destiné qu'à m'effrayer et à me préparer à devenir encore plus dépendant de cette Maitresse qui me faisait découvrir la soumission en formation accélérée.
J'ignorais si ses menaces étaient réelles mais elle avait raison sur un point, je serais incapable de résister.
D'ailleurs quand plus tard , elle remonta surveiller sa fucking machine me pénétrant à travers les barreaux, avec de nouvelle photos témoignant de la progressivité de la profondeur de la pénétration, je ne tentais pas de protester ou de me dérober, j'étais déjà sans force et fascinée par sa beauté autoritaire surtout quand son pied , cette fois chaussé d'un escarpin se promena sur mon corps à travers les barreaux pendant que la machine continuait à me posséder.

Enfin quand pour me récompenser de ma soumission elle ota son escarpin pour me permettre de ressentir des bas de soie parcourir mon corps et mon visage, je compris que pour revivre ce moment de bonheur intense je serais prête pour la suite du programme , si ses menaces étaient réelles.

Cruella asservie pour toujours.
Precedente (198 / 198) Suivante (2 / 198)


Maitresse Diane ® - Tous droits réservés - © Reproduction interdite
Siret 47954626900016